Chronique météo | Sécheresse du printemps 2022 : la situation empire

Au début du printemps, il pleut peu et le manque d’eau commence à mettre à rude épreuve les cultures agricoles. Le point avec Serge Zaka, agroclimatologue à l’ITK.

[Mis à jour le 19 mai à 11h21]

En France, les pluies manquent pour le quatrième mois consécutif. Quelques pluies en mars et avril n’ont pas permis au sol agricole d’atteindre un niveau d’eau satisfaisant.

Si la sécheresse entre janvier et mars n’a pas été un problème, maintenant la saison de croissance démarre et les premiers effets se font sentir sur les sols superficiels des cultures. Il est important de considérer la sécheresse et la gestion de l’eau dans leur ensemble, non seulement à travers les épisodes de fortes pluies, mais aussi ceux dus à l’évaporation, qui affectent les rendements et réduisent la qualité des produits. Statut actuel.

Un quatrième mois déficitaire

Le mois d’avril 2022 s’est terminé avec un déficit pluviométrique de -25% sur l’ensemble du pays. Au niveau régional, la situation est très hétérogène en raison de quelques épisodes pluvieux importants. L’accumulation est donc excédentaire du Mans à l’est, ainsi que dans les Alpes du Nord et la Corse. Mais les précipitations, tombées en excès en quelques jours, n’ont pas été assez efficaces pour le sol agricole. Les précipitations ont été plus efficaces dans la partie ouest du Massif central. L’indice d’humidité des sols agricoles a augmenté.

En revanche, il n’y a presque pas eu de précipitations sur le nord de la France et Lyon, où moins de 20 mm sont tombés localement.

Avril est donc le quatrième mois déficitaire du barème français : -41% en janvier, -38% en février, -38% en mars et -25% en avril. Au cours des 4 premiers mois, l’accumulation moyenne est la plus faible des 11 dernières années. On le trouve dans les années de sécheresse de 1976, 1993, 1997 et 2011.

Des sols aussi secs qu’en juin

La pluviométrie cumulée de la première période reste la plus faible depuis 11 ans et la 5ème plus faible de la série 1959/2022. la période janvier-avril n’a été plus sèche qu’en 1976, 1993, 1997 (record) et 2011. pic.twitter.com/SzZ1ajjXSi

Le résultat de cette sécheresse est l’assèchement progressif du sol. Avril se termine avec un indice d’humidité du sol de 0,63. En raison de quelques épisodes pluvieux, cet indice n’enregistre pas un niveau record, mais il se situe dans le bas des statistiques françaises. Selon la région, l’indice d’humidité du sol se situe à des niveaux généralement observés à la fin mai ou même à la mi-juin.

Conséquences physiologiques sur les céréales

La hausse des températures, qui favorise l’évapotranspiration et la reprise végétative, rend le cours du mois de mai d’autant plus crucial. S’il n’y a pas de pluie, l’indice devrait chuter fortement.

Le blé est actuellement en phase d’étirage pour les plus tardives, en phase de tonte pour les plus précoces. Trois composantes principales de la performance ont lieu pendant ces périodes :

Quel que soit le stade phénologique du blé, cette sécheresse survenant à des stades sensibles a le potentiel d’affecter les volumes de production. Ces composantes de la culture sont déjà affectées par la sécheresse sur les sols superficiels, c’est-à-dire ceux qui sont peu profonds et peu alimentés en eau. Le potentiel de rendement commence donc à décliner. Les conditions ne sont pas encore si défavorables pour les sols profonds.

Quelles projections pour les jours à venir ?

Autre point, la période de remplissage des grains est la plus sensible au manque d’eau (les nutriments ne sont pas drainés des feuilles vers les grains). Si les pluies reviennent en mai, la saturation en grains peut encore être optimale (PMG, poids de mille grains), compensant en partie la réduction du potentiel.

Les prévisions pour ce printemps ne sont optimistes qu’à la mi-mai. Aucune précipitation majeure n’est attendue dans le nord de la France. D’ici le 11 mai, la sécheresse devrait toucher tout le blé tendre, la moitié du blé dur et les trois quarts de l’orge. Le bassin parisien (étendu) serait particulièrement concerné.

Selon les prévisions du GIEC, on constate que la sécheresse débutera au printemps et s’intensifiera en été, ce qui provoquera des sécheresses importantes dans les années à venir. Inversement, la quantité de précipitations augmentera en automne et en hiver. Il va falloir apprendre à s’adapter à ces nouvelles conditions climatiques.

En 2021, le rapport Changement climatique, eau, agriculture : quelles trajectoires d’ici 2050 ? , fondé par le ministère de la Transition écologique et le ministère de l’Agriculture, met également en lumière la convergence des thématiques eau et carbone en agroécologie : la conservation ou la restauration des sols sont au cœur de ces deux enjeux, les techniques agricoles (ACS) permettent à la fois de réduire l’évaporation des sols , séquestrer le carbone et augmenter sa capacité de rétention d’eau.

Espérons maintenant que les pluies reviennent après le 11 mai et permettent au TWP (poids de mille grains) de compenser les effets de la sécheresse printanière.

Retrouvez toutes les chroniques de Serge Zaka

Quel temps Fera-t-il au printemps 2022 ?

[Sécheresse] D’ici le 11 mai, la sécheresse devrait toucher toutes les zones de production de blé tendre, 1/2 blé dur et 3/4 d’orge. Le bassin parisien (étendu) serait particulièrement concerné. Pas de pluie significative en vue… #FrAgTw pic.twitter.com/ZFdVAdVORc

Dans quelques jours, le printemps météorologique, qui dure du 1er mars au 31 mai, prend fin. Il est temps de dresser un premier bilan, caractérisé principalement par le manque de pluie et l’introduction d’une sécheresse de surface dans de nombreuses régions.

Quelle sera la remise des diplômes demain ? Il fera froid en France demain avec des températures autour de 6°C. La nuit, la température chutera à 2°C.

Comment sera l’hiver 2022 ?

A quoi ressembleront les diplômes demain ? Il y aura de beaux éclaircies à Degré demain matin. La température à Degré sera de -1°C demain matin. La force du vent fluctuera autour de 4 km/h (direction nord-nord-ouest).

Selon les prévisionnistes, l’hiver 2022-2023 devrait rester normal, rapporte BFMTV. En termes de précipitations, il devrait être sec dans le sud.

Est-ce qu’il va neiger cet hiver 2022 ?

L’hiver 2022 sera-t-il froid ? Selon la quantité de précipitations, seul janvier serait vraiment humide, et le reste des mois d’hiver est moyen. L’hiver 2022-2023 ne devrait pas être froid pour le moment.

À Lire  Sécheresse : En Creuse, l'amertume et l'incompréhension des agriculteurs qui attendent une indemnisation

« Nos massifs pourraient retrouver un enneigement considérable, ce qui serait à l’opposé de l’hiver dernier, explique Régis Crépet. Il a fait très sec et le déficit (précipitations) entre le 1er décembre et le 28 février 2022 a atteint -25%.

Quand arrive le froid 2022 ?

.

En regardant le panel de différents scénarios (ci-dessous pour la ville de Paris), on voit qu’une baisse très progressive des températures est prévue en seconde quinzaine de novembre, en ligne avec les tendances hebdomadaires évoquées plus haut.

Quand fera-t-il froid en 2022 ? Non seulement dans notre région, mais tout le pays est touché par une douceur anormale. Si le mois n’est pas encore terminé, octobre 2022 s’annonce comme le mois d’octobre le plus doux depuis le début des mesures en France.

Est-ce que l’été 2022 sera chaud ?

Quelles sont les prévisions météo pour l’hiver 2022 ? Les modèles météorologiques prévoient un hiver 2022 « en ligne avec les normes saisonnières ». Donc plus froid que ceux que nous avons connus ces dernières années. Presque une anomalie dans le temps de chauffe. Neige de montagne, pare-brise givrés, pluie, brouillard et champs en désordre…

L’été 2022 est le deuxième plus chaud jamais enregistré, « avec une température moyenne de 22,7°C sur le trimestre juin-juillet-août, une anomalie de 2,3°C par rapport à la normale », explique Météo France dans son bilan de l’été ce mardi, août. 30.

Est-ce que l’été 2022 sera chaud ?

.

L’été 2022 est le deuxième plus chaud jamais enregistré, « avec une température moyenne de 22,7°C sur le trimestre juin-juillet-août, une anomalie de 2,3°C par rapport à la normale », explique Météo France dans son bilan de l’été ce mardi, août. 30.

Est-ce que la canicule va revenir ?

.

Quel mois qui commence à faire chaud ?

Retour sur les canicules de juin, juillet et août 2022. Canicule juin 2022 : Avec des pics de chaleur le 18 juin et des records de température dans l’ouest et le sud-ouest avec 43 degrés à Biarritz par exemple, la France entière a souffert de cette première canicule de l’été.

Quand 2022 sera-t-il chaud ? Comme en 2022, la canicule a débuté fin juin et a culminé entre le 27 juillet et le 5 août, période au cours de laquelle la chaleur saharienne a balayé le pays.

Quels sont les mois les plus chauds ? Juillet est généralement le mois le plus chaud de l’année, mais juillet 2021 s’est surpassé pour devenir le mois de juillet le plus chaud jamais enregistré.

Quel mois est le plus chaud ? 1er novembre 2022 : Cet article a été mis à jour après que Météo-France a confirmé le record d’octobre 2022 comme étant le mois le plus chaud en France depuis le début des relevés météorologiques en 1900.

Quand commence la canicule 2022 ?

A quand une vague de chaleur ? Canicule de juillet 2022 : un épisode long et intense pour le Sud-Est. La canicule s’est installée en France du 12 au 25 juillet avec un pic les 18 et 19 juillet.

Températures maximales du 17 au 23 juillet. La vague de chaleur européenne de 2022 est une vague de chaleur dans une grande partie de l’Europe, dont le premier épisode commence à la mi-juin 2022, entraînant des températures record dans toute la région.

Où partir en août 2022 pas trop chaud ?

Quelle température pour l’été 2022 ? Avec un indicateur de température national de 22,69 °C (moyenne de 30 stations), cet été 2022 se termine par une anomalie de 2,3 °C, ce qui en fait le 2e été le plus chaud depuis 1900, juste derrière l’été historique de 2003 (2,7 °C) . C, indicateur 23,18°C).

  • Où en août 2022 quand il ne fait pas trop chaud ?
  • Ils avaient peur. Le mois d’août est l’un des meilleurs mois de l’année pour visiter Bali. …
  • Sardaigne. …
  • Les îles Canaries. …
  • Algarve. …
  • Costa Del Sol. …

Pourquoi Fait-il si chaud en 2022 ?

Mongolie.

J’ai compris! Octobre 2022 est un mois particulièrement chaud. Et une telle chaleur, qui dure si longtemps en automne, est totalement inédite. Ces températures élevées s’expliquent par un phénomène appelé « string heat panache », comme le rapporte Cnews le 25 octobre 2022.

L’été 2022 sera-t-il chaud ? Évolution non linéaire. En fait, l’été 2022, le deuxième été le plus chaud de France depuis 2003, pourrait même être considéré comme un « résultat » en termes de chaleur dans le futur, a déclaré à franceinfo Jean-Marc Jancovici, président du groupe de réflexion « The Shift project ». la semaine.

Quel est le jour le plus chaud de l’année 2022 ?

Quand 2022 est-il chaud? PIC DE CHALEUR 2022. Un nouveau pic de chaleur est attendu en France la semaine prochaine, du 22 au 28 août. Mais selon les experts, il n’y a pas de canicule pour le moment. [Mise à jour le 19 août 2022 à 16h14] La France a connu trois canicules à l’été 2022.

Le 18 a été la journée de juin la plus chaude de France avec un maximum national de 36,2°C, contre 35,8°C le 27 juin 2019. Ce jour-là, le mercure a atteint 43,5°C à Cambo-les-Bains (Pyrénées-Atlantiques), du jamais vu. de France au mois de juin.

Pourquoi Fait-il si chaud en ce moment ?

Quelle est la journée la plus chaude de l’année ? Le 5 août 2003 et le 25 juillet 2019 sont les journées les plus chaudes jamais enregistrées en France métropolitaine, la température moyenne enregistrée sur le territoire métropolitain sur ces deux jours était de 29,4 °C.

Le phénomène n’est pas nouveau, mais du fait du réchauffement climatique il perdure tout au long de l’année. Cette nouvelle séquence de temps anormalement chaud pour cette saison intervient après 2022, qui a été marquée par de nombreuses canicules et canicules, prévient Météo-France.

Pourquoi fait-il si chaud en France ? « L’air chaud vient du sud du Maghreb » C’est un épisode remarquable par son démarrage et sa durée tardifs. Des masses d’air chaud venant du sud-ouest seront entraînées vers la France par une dépression au milieu de l’Atlantique, explique le météorologue Yann Amice à actu.fr.