Dans la Grèce traditionnelle, l’agriculture intelligente est palpable

Le développement d’une agriculture intelligente peut être la réponse à la déforestation

Sur son téléphone portable, le Grec Sotiris Mournos étudie les variations du microclimat transmises par une station météorologique et un capteur d’humidité installés sur sa ferme dans les plaines agricoles d’Imathia, au nord de la Grèce.

Depuis deux ans, ce petit agriculteur utilise l’application de l’autorité agricole pour accélérer sa production de coton et de fruits.

Mais la Grèce s’accroche à ses traditions, l’agriculture intelligente, qui vise à produire continuellement plus et mieux en utilisant la technologie et l’innovation numérique, progresse lentement.

Située derrière des hectares de pommiers et de pêchers, la station météo enregistre des données en temps réel. Il permet ainsi d’analyser et de corréler les effets des conditions climatiques sur sa ferme de coton de dix hectares qui s’étend à perte de vue.

Grâce à ce nouvel équipement, « nous avons réussi (…) à augmenter la rentabilité économique » de notre exploitation, se félicite cet homme de 25 ans, qui a abandonné ses études universitaires en informatique pour se consacrer à la terre familiale .

Mesurer le taux d’humidité ou d’azote dans le sol permet par exemple d’éviter une utilisation excessive d’engrais ou d’économiser l’eau.

Le développement d’une agriculture intelligente pourrait s’avérer être la réponse à la désertification des campagnes.

Autrefois pays agricole, la Grèce a perdu de nombreux professionnels du secteur au cours de la dernière décennie. L’agriculture, délaissée par les services et surtout le tourisme, ne représente plus que 5% du PIB.

« La plupart des jeunes de mon village préfèrent travailler dans d’autres entreprises plutôt que de travailler dans les champs », a déclaré Sotiris Mournos.

À Lire  4 activités insolites près de Rennes et ses alentours

Dans son village de Platy, cet agriculteur fait encore figure d’exception. Ses collègues agriculteurs adhèrent encore largement à la pratique traditionnelle de l’irrigation, de la fertilisation régulière et de la pulvérisation préventive.

Principaux freins au développement de l’agriculture intelligente : petites surfaces agricoles – moins de 10 hectares en moyenne -, paysage variable dû au relief montagneux du pays, mais aussi refus des agriculteurs plus âgés, informatique de petite taille.

A Kiourka, à une trentaine de kilomètres au nord d’Athènes, le producteur bio Thodoris Arvanitis déplore ainsi que ses collègues « qu’ils ne s’intéressent pas (aux nouvelles technologies) parce qu’ils n’en savent pas assez et estiment avoir assez d’expérience », juge-t-il.