Devriez-vous investir au Canada?

Le Canada a de nombreux atouts pour attirer les investisseurs étrangers qu’il sait également convaincre en prenant des mesures incitatives toujours plus efficaces.

En 2020, malgré la pandémie, le Canada a enregistré plus de 32 milliards de dollars d’investissement direct étranger (IDE). Un résultat qui prouve, une fois de plus, l’attractivité du pays : 38

e

dans le monde par population, il était, toujours fin 2020, à 13

e

Conseils pour investir au Canada

place économique mondiale des IDE. Pour y parvenir, le Canada peut compter sur une mine de travailleurs qualifiés.

Selon Investir Canada, un organisme indépendant qui fait la promotion des investissements étrangers, le pays à la feuille d’érable possède la main-d’œuvre la plus scolarisée au monde, avec 59,4 % des 25-64 ans titulaires d’un diplôme de troisième cycle. À Montréal seulement, plus de 50 000 personnes obtiennent leur diplôme chaque année des universités de la région.

Entre stabilité et ouverture aux marchés mondiaux

Deuxième pays du G7 en termes de stabilité politique, le Canada est particulièrement attractif en raison de son système bancaire solide et sûr. Ces atouts ne sont pas perdus pour les investisseurs en quête d’ouverture internationale, qui trouvent également dans le pays nord-américain un accès privilégié aux marchés mondiaux. Il existe environ 15 accords commerciaux qui concernent 51 pays regroupant 1,5 milliard de consommateurs. Pour réaliser ces échanges, le Canada peut compter sur des infrastructures de transport de qualité, comme ses 13 aéroports internationaux, ses 17 ports maritimes et ses 117 postes frontaliers avec les États-Unis. Le train est l’un des modes de transport privilégiés pour les échanges nord-américains et dans la seule province de Québec, il existe 30 terminaux intermodaux spécialisés.

Programmes et incitations pour encourager les investissements étrangers

Pour attirer les investisseurs étrangers, le Canada se démarque par sa fiscalité avantageuse : il a le fardeau fiscal le plus bas pour les nouveaux investissements et le taux d’imposition des sociétés le plus bas (26,6 % en 2019, dans la province de Québec). En outre, le gouvernement a mis en place divers programmes et incitations pour les investisseurs étrangers.

 » Lire aussi –

En chiffres

Quand partir au Canada ? Météo, climat, activités… La meilleure période par région

Comment faire fructifier son argent au Québec ?

Parmi eux, l’Accelerated Investment Incentive, qui permet d’amortir une partie importante des actifs récemment acquis ; Fonds stratégique pour l’innovation (FIS) conçu, entre autres, pour encourager les activités de recherche et développement, favoriser la croissance des entreprises au Canada, attirer des investissements d’envergure au pays, promouvoir la recherche industrielle, le développement et la démonstration de technologies grâce à la collaboration entre le secteur privé secteur, des chercheurs et des organisations à but non lucratif. Les entreprises qui investissent en recherche et développement peuvent également bénéficier du programme d’incitatifs fiscaux RS&DE, réservé à la recherche pure, à la recherche appliquée et au développement expérimental, sous forme de déduction d’impôt ou de crédit d’impôt pour investissement (CII).

  • Côme de Bagneux, directeur des services aux entreprises, et Rémy Paris, directeur des marchés des particuliers, sont les représentants en Europe de Desjardins, premier groupe financier coopératif au Canada. Avec une riche expérience personnelle et professionnelle au Canada, ils partagent leurs meilleurs conseils pour les débutants.
  • « Si vous investissez au Canada en tant que particulier, vous devez considérer que malgré l’absence d’antécédents de crédit canadiens (c’est-à-dire un résumé de vos antécédents de crédit pour emprunter de l’argent, louer un appartement, obtenir un emploi, une assurance ou un crédit), vous pouvez toujours investir dans investissements ou immobilier dès votre arrivée, voire en amont.Cela nécessite de comprendre les spécificités des investissements au Canada, que ce soit dans l’immobilier ou pour l’investissement et l’épargne.Ainsi, au Canada, on ne parle pas de Livret A, PEL, PEA ou PER, mais de REER, CELI, REEE. Concernant l’immobilier, on parle d’un prêt hypothécaire et non d’un crédit et les démarches sont beaucoup plus rapides qu’en France. Il faut donc se décider très vite. Enfin, il est indispensable de être accompagné par des spécialistes reconnus à chaque étape du processus d’investissement (propriétaire, inspecteur, conseiller financier, notaire, assureur, comptable, etc.) »
  • , précise Rémy Paris.
  •  » A lire aussi –
  • Expat au Canada : 5 pièges à éviter
  • Du côté des entreprises, les choses sont un peu différentes.
À Lire  Quelle serrure pour Vespa ?

. « Si un dossier de crédit est habituellement étudié en 1 mois, démarrer une entreprise ou une succursale au Canada rend difficile l’accès à ce crédit, explique Côme de Bagneux. Il faut donc évaluer sa capacité d’emprunt avant de s’installer pour explorer les outils proposés par institutions financières privées et publiques.

Quel salaire pour être riche au Québec ?

Il est également important de se rappeler que faire des affaires est différent d’un pays à l’autre, donc l’interaction avec vos clients potentiels et vos partenaires d’affaires devra être complètement repensée si vous voulez réussir en Amérique du Nord. L’expertise d’un cabinet de conseil est prise en compte et vous devez être accompagné de professionnels fiables, avocats, comptables, conseillers, habitués aux échanges franco-canadiens pour répondre rapidement à vos enjeux et vous permettre de « réseauter » efficacement. . Le réseautage est une activité plus importante au Canada qu’en France. »

Quel est le meilleur investissement pour gagner de l’argent ?

Stéphanie Veyrun-Manetti, Directrice de Sanofi Canada

« Nous investissons environ 140 millions de dollars en R&D au Canada, ce qui fait de Sanofi le plus grand investisseur canadien en sciences de la vie. »

« Sanofi au Canada compte plus de 2 000 employés répartis sur quatre sites, deux au Québec et deux en Ontario, qui travaillent dans la fabrication, la R&D, les opérations médicales, les opérations commerciales, le numérique et les fonctions de support. . .

Plus de 100 projets de R&D sont en cours, sur lesquels nos chercheurs collaborent avec des chercheurs de plusieurs hôpitaux et centres universitaires canadiens. Chaque année, nous investissons environ 140 millions de dollars en R&D au Canada, faisant de Sanofi le plus important investisseur canadien en sciences de la vie. En 2008, Sanofi Canada a investi 100 millions de dollars canadiens dans un nouveau centre de R&D. Entre 2018 et 2021, plus de 600 millions de dollars canadiens ont été investis dans une nouvelle installation de 15 000 m2. Enfin, en 2021, nous avons annoncé un nouvel investissement de 925 millions de dollars canadiens pour la construction d’une nouvelle usine de production sur notre site historique de Toronto. Il permettra de développer stratégiquement le secteur de la biofabrication au Canada et de renforcer la capacité industrielle pour mieux répondre aux futures pandémies. 300 nouveaux postes seront créés. Il s’agit du plus grand projet de l’histoire des sciences de la vie et de la biofabrication au Canada. Pour chacun de ces projets, nous avons attiré ces investissements sur le site de Toronto en discutant étroitement avec le gouvernement canadien, qui suit de très près les avancées des sciences de la vie. Nous travaillons avec de nombreux partenaires canadiens, tant publics que privés. Au fil des ans, nous sommes devenus un partenaire de confiance dans le secteur canadien de la santé publique. »

Quelles actions acheter en 2022 Canada ?

VOIR ÉGALEMENT

Quel est l’investissement le plus rentable ?

– Agathe Wautier : «