Grand-père et grand-mère sont à bout de souffle : « Quand mon mari est mort, j’ai vu des jeunes courir sur le sable en s’embrassant… »

TémoignagesPlus de 900 000 personnes ont aujourd’hui entre 90 et 99 ans en France. Et si ces enfants de moins d’un an étaient moins fatigués que nous ?

Ils se sont arrachés leurs premiers cheveux blancs en 1970, ont pris leur retraite dans les années 1980, sont devenus arrière-grands-parents et ont commencé à donner leur âge à « un an et demi ». Ils ont longtemps détesté conduire la nuit, sauter les funérailles et essayer d’ignorer leurs douleurs articulaires afin de trouver une nouvelle vie. Ils sont près d’un million en France qui sont arrivés à cet âge, presque par surprise…

Aujourd’hui, 665 000 femmes et 248 000 hommes ont entre 90 et 99 ans (Insee, 2022) et n’ont pas vu le temps passer. Malgré les grands écarts en fin de vie, les choses s’améliorent pour les non-âgés, vingt-cinq fois plus qu’en 1950. Les deux tiers d’entre eux vivent à domicile. Leurs proches les comparent à des « bombes atomiques », des « forces naturelles », des « stars », et espèrent leur ressembler dans quelques années.

A 96 ans, Dick Van Dyke, le ramoneur de Mary Poppins, a chanté et dansé pour la Saint-Valentin, coaché ​​par sa femme, d’un demi-siècle sa cadette. A 93 ans, Hugues Aufray passe de longs mois à sillonner les églises et cathédrales de France. A 94 ans, le Dr Ruth, la grande prêtresse germano-américaine du sexe, a chuchoté des conseils à Bill Clinton lors d’un match de l’US Open, trois ans après qu’elle s’est intéressée à la crise de Bezos…Instagram a élargi son audience avec Baddie Winkle, Influenceur « nona » aux 3,2 millions de followers et mangeur d’hommes, qui se présente comme « Stealing Ur Mans Since 1928 ». La France a récemment eu un incroyable talent de 99 ans en la personne de Charlotte Chopin, professeur de yoga.

À Lire  Alexandre Cordani : Comment débuter en tant que consultant immobilier ? - MonSweetimo

Voyager, se séparer, profiter des sorties mondaines… Faut-il comprendre que pour bien vieillir, il ne faut pas vieillir ? « Depuis la naissance de la gérontologie dans les années 1960, science créée pour maximiser la satisfaction des personnes âgées, on parle de « successful aging » (« vieillir avec succès »), mais sa définition a toujours fait l’objet de nombreux débats scientifiques. .”, explique. Frédéric Balard, rédacteur en chef de la revue Gérontologie et société, qui fêtait vendredi 2 décembre cinquante ans de publication sur ces questions. En fait, n’est-ce pas une dévalorisation de toute une partie de la population âgée si elle ne peut plus sauter comme un enfant ?

Si les Français ne se comportent pas comme les Inuits des anciennes sociétés nomades qui laissaient leurs vieux sur la banquise, il n’en demeure pas moins que les plus de 70 ans peuvent vivre au quotidien des formes de discrimination fondée sur l’âge. « Avec l’avènement du Covid-19, un discours très épidémiologique a émergé qui liait l’âge au risque de décès, renforçant l’idée que les personnes très âgées sont fragiles voire en mauvaise santé », explique Frédéric Balard. Cependant, nous devons nous méfier de toute analyse standard dans ce domaine car les taux de mortalité de Covid chutent après 90 ans. Et même si les religieuses ont encore un bon pied, elles sont souvent infantilisées et suspectées d’incapacité de travail. Alors à quoi ressemble leur quotidien s’il échappe à nos idées dominantes ?

Il vous reste encore 86,94% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Votre abonnement ne permet pas de lire cet article

Pour plus d’informations, veuillez contacter notre service commercial.