L’OMC veut réformer les règles du commerce agricole

Lors d’une réunion sur le commerce et l’agriculture le 24 octobre au siège de l’OMC à Genève, Ngozi Okonjo-Iweala, le directeur de l’agriculture, a déclaré vouloir changer les règles du commerce agricole afin qu’elles puissent faire face aux défis de la population et du changement climatique. .

« En général, les marchés alimentaires et agricoles continuent de mal fonctionner. Il est de plus en plus clair que les règles de l’OMC ne sont pas en phase avec les problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui, ni avec l’évolution des marchés mondiaux », a déclaré la directrice générale de l’OMC, Ngozi Okonjo-Iweala, lors de la réunion du 24 octobre à Genève. selon lui, pour améliorer la situation, « les membres de l’OMC devront améliorer les règles de l’OMC afin de répondre efficacement aux problèmes des marchés internationaux et de s’assurer que le programme de l’OMC aide à résoudre les problèmes.

La rentrée est réussie, bien suivie par la relance des négociations commerciales agricoles. Un merci spécial à nos conférenciers pour leurs présentations perspicaces qui nous ont aidés à comprendre la situation agricole actuelle. Félicitations aux membres pour avoir adopté une nouvelle façon de communiquer pic.twitter.com/NrchKq914B

Les intervenants ont souligné que le système alimentaire mondial subit une pression accrue en raison de l’insécurité hydrique et de la sécheresse qui causent le changement climatique, de la dégradation de l’environnement, de la guerre en Ukraine et des effets de la pandémie de Covid-19. Le manque de nourriture en Afrique et ses conséquences dans le monde ont également été soulignés par les intervenants.

À Lire  France : 2022, année la plus chaude, quelles conséquences pour...

« Distorsions commerciales et niveaux élevés de protection »

Bien que les pays membres de l’OMC négocient le commerce agricole depuis plus de deux décennies, Ngozi Okonjo-Iweala a souligné que les distorsions commerciales et les niveaux élevés de protection restent un « problème majeur ». Il a également condamné la poursuite des investissements dans la recherche et les infrastructures qui a entraîné des pénuries et de mauvaises pratiques agricoles dans de nombreuses régions du monde. Parallèlement, le soutien du ministère de l’Agriculture a atteint 807 dollars en 2019-2021.

Les sanctions à l’exportation de produits alimentaires continuent également d’exacerber les effets de l’inflation sur les consommateurs pauvres des pays importateurs de produits alimentaires. Les 164 pays de l’OMC doivent envisager d’adopter de nouvelles règles avant le 13e Conseil des gouverneurs, qui devrait avoir lieu avant la fin de 2023.