Port de Paimpol : gros travaux à voir sur le barrage de Kerlévéo et les pontons

Le conseil portuaire, qui s’est réuni mercredi, à la Capitainerie de Paimpol, a renouvelé une partie de ses 17 membres pour six ans. Dans les tuyaux : une augmentation des tarifs et une kyrielle de travaux et projets.

Le conseil du port réunit tous les six mois l’ensemble des concessionnaires du port : la Chambre de Commerce de la Pêche et de Kerpalud, le Département, la Ville, les plaisanciers… La plupart des usagers du port traitent avec cette instance présidée par Valérie Rumiano, l’élu du canton de Plouha. Mercredi, les 17 membres de l’assemblée, dont la section « usagers » a été renouvelée pour six ans, ont débattu de plusieurs projets, avec les voix du président, Christophe Baudry, Eskale d’Armor et Emmanuel Renaud, de la police portuaire.

Les gros travaux à venir

Le chantier le plus important, d’avril à juillet 2023, quand il n’y aura plus d’ostréiculteurs, concernera le môle de Kerlévéo (du nom de la digue au bout du port). 700 000 euros seront mis de côté pour la consolidation du tout, les grosses fissures qui apparaissent depuis des décennies. « Il n’y a pas forcément d’urgence, mais les tempêtes successives vont l’affaiblir complètement ; nous voulons agir avant l’effondrement ».

Une augmentation de 4 % de tous les tarifs portuaires est souhaitable ; il sera confirmé par le comité permanent en janvier. Actuellement, la période d’attente est de dix ans pour les navires de plus de 10 m et de deux ans pour ceux de moins de 7 m. « Pour la consommation d’électricité, il y a un système de forfait que nous voulons revoir pour que les plaisanciers aient raison ; chacun paiera sa consommation réelle ».

À Lire  Le plan de simplicité énergétique sera-t-il efficace ? Sept questions à Olivier Sidler, consultant en énergie et porte-parole de l'association négaWatt.

Accès PMR facilités

Des passerelles seront supprimées sur les pontons pour les élargir afin de faciliter l’accès PMR (personnes à mobilité réduite). Les travaux débuteront en 2023. Autres coûts : 18 000 € pour un canot rigide pour les autorités portuaires ; 8 300 € pour les bornes de contrôle à domicile des marins ; 17 000 € pour les bornes connectées ; 75 000 € pour un ponton qui reçoit tous les réseaux électriques.

Le parking du Quai Neuf devrait être libéré des véhicules des marins qui naviguent plus de sept jours ; il leur sera conseillé de se garer à Kerpalud. De plus, une dizaine de navires causent des problèmes dans le port : successions qui tournent mal, propriétaires à l’étranger, problèmes sociaux… Les navires en mauvais état seront démolis.