Travaux, plombier, serrurier… : 5 conseils pour trouver le métier parfait et éviter les arnaques

Publié le 15 juin 2022 à 9h00 Source : JT 13h00 en semaine

Qualification, devis, concurrence…En cas d’urgence ou de travaux d’importance dans votre maison ou appartement, gardez en tête quelques mots-clés pour éviter de potentielles arnaques.

Qualification, devis, concurrence…En cas d’urgence ou de travaux d’importance dans votre maison ou appartement, gardez en tête quelques mots-clés pour éviter de potentielles arnaques.

Qualifications, évaluation, concours…

En cas de travaux urgents ou majeurs dans votre maison ou votre appartement, gardez quelques mots-clés à l’esprit pour éviter les arnaques potentielles.

En 2019, 64 % des entreprises de remorquage ont mené des activités suspectes. Selon une enquête menée par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) auprès de 640 établissements, il y a encore trop d’abus. Le régulateur constate le « niveau élevé de plaintes dans le secteur du dépannage à domicile » et dénonce les conditions litigieuses de vente hors établissement, les pratiques commerciales trompeuses et les qualifications professionnelles. En moyenne, les opérateurs impliqués recevraient de manière injustifiée plus de 10 000 euros.

Rien d’anodin : selon la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB), l’artisanat représente plus de 200 000 entreprises et emploie près de 700 000 travailleurs dans le secteur. On peut l’utiliser plusieurs fois par an : détartrage du ballon d’eau chaude, rafraîchissement du vernis, mise aux normes des circuits électriques, changement de serrure, etc. Le chiffre d’affaires des menuisiers, plombiers et autres chauffagistes a dépassé les 80 milliards d’euros en 2019.

Si la tricherie ne manque pas, quelques astuces simples vous permettront de vous débarrasser des professionnels sérieux et compétents dont vous avez besoin. En voici 5 pour vous aider.

Contactez votre assurance ou votre syndic

Contactez votre assurance ou votre syndic

Tout d’abord, la première étape consiste à enregistrer les dégâts et vos éventuels besoins. S’agit-il d’une urgence (par exemple une fuite d’eau), d’une détection de panne (peinture qui s’écaille) ou d’un problème technique ? Dans certains cas, vous n’aurez pas besoin d’intervention professionnelle. Il vous manque juste un certain outil, expertise ou expérience. Des plateformes, comme Allovoisins, proposent de vous mettre en relation avec des particuliers ne résidant pas à plus de quelques centaines de mètres de votre domicile. En échange de quelques euros, ils peuvent vous prêter une visseuse électrique ou remonter un petit robinet.

Contactez alors votre assureur, votre syndic ou votre bailleur (si vous êtes locataire de votre logement). Les maîtres sont habitués à conclure des partenariats avec des agences immobilières, des compagnies d’assurance ou des syndics. Ils connaissent bien l’endroit et pratiquent des prix attractifs. Souvent très réactifs, ils savent gérer les urgences.

Faites jouer la concurrence

Faites jouer la concurrence

Ne fermez pas les yeux sur le premier maître présenté. Faites vos propres recherches et découvrez des concurrents. Vous pouvez engager un courtier en construction pour évaluer vos besoins, sélectionner des entreprises pour vous et demander une offre. Même si cette solution nécessite un investissement supplémentaire, elle a le mérite de garantir l’arrivée d’un maître qui respecte les règles légales du secteur : enregistrement, solvabilité, transparence, etc.

Si vous n’avez pas de budget, les plateformes proposent de trouver le maître le plus adapté (MesDepanneurs.fr) voire de vous envoyer plusieurs offres correspondant à votre recherche (Quotatis, La Maison des travaux, HabitatPresto, Travaux.com ou 123devis.com ).

En dernier recours, tournez-vous vers le bouche à oreille, qui est souvent efficace : interrogez vos voisins ou le gardien de votre immeuble. Ils devraient au moins vous conseiller de ne pas faire appel à des artisans en cas de mauvaise expérience. La plateforme People of Trust, connue pour la fiabilité de ses annonces, a même lancé son propre annuaire professionnel. Il existe des milliers de références, dont des plombiers, des électriciens, des serruriers ou des peintres… Tous ces maîtres ont dû obtenir au moins trois recommandations de leurs proches avant que l’entreprise ne les vérifie.

Vérifiez la qualification de l’artisan

Ne vous tenez pas si bien. Intéressez-vous aux qualifications des maîtres que vous consultez. Fiez-vous aux sites officiels et privilégiez les artisans qui appartiennent à une association professionnelle. Un groupe d’entreprises reconnues qualifie leur sérieux et encadre leurs compétences.

Si l’entreprise que vous recherchez rénove ou installe des équipements d’énergie renouvelable, assurez-vous qu’elle dispose du label RGE (Garant de l’Environnement), attribué par l’État et référencé sur le site france-renov.gouv.fr. . Le catalogue Qualibat.com permet également de rechercher tous les artisans certifiés par le label. Il vous suffit de vous munir de votre numéro SIREN ou SIRET.

Exigez un devis

Exigez un devis

Après avoir choisi un ou plusieurs maîtres, demandez-leur une offre. Certains le facturent peut-être déjà. Mais si c’est gratuit, vous aurez plus de chances de trouver un entrepreneur honnête, selon l’Association pour la défense, l’éducation et l’information des consommateurs (ADEIC). Demandez avant de commencer le travail. Ne signez rien avant d’avoir lu le document dans son intégralité.

Dans l’offre vous devrez trouver : date d’offre, nom et adresse de l’entreprise, votre nom, date de début et durée estimée des travaux, prix de chaque prestation, prix des travaux et de chaque prestation, frais de déplacement ainsi que le total montant à payer TTC. Vérifiez toujours le prix unitaire des matières premières sur le bilan. Comparez cela au prix des matériaux que vous devrez payer pour fournir le maître. Veuillez noter que les prix indiqués sur votre offre n’incluent pas les taxes. Enfin, gardez à l’esprit que si le maître vous livre les matériaux, vous bénéficierez d’une TVA réduite.

Évitez quelques pièges

Voici quelques pièges à éviter avant de choisir votre maître.

– N’appelez jamais les numéros reçus dans votre boîte vocale. Il s’agit souvent d’un dépliant cartonné, bien placé, avec une collection de numéros utiles (serrurier, plombier, électricien, etc.) Je ne suis pas sûr que ces entreprises existent vraiment. Ils vous demanderont de payer en espèces pour des services hors de prix sans confirmation. Pour le savoir avec certitude, écrivez le nom de l’entreprise en question sur un moteur de recherche et regardez les avis ou la situation géographique de son adresse sur la carte interactive.

– Attention à la langue de l’artisan. Des phrases comme « c’est à vous de décider » ou « comme nous le faisons habituellement » révèlent une forme de manipulation. Votre avis reste primordial et le maître doit respecter vos suggestions. S’il s’adapte en vous proposant d’autres solutions argumentées, vous aurez de grandes chances de trouver le master qui vous convient. L’artisan vous doit la preuve de sa compétence en tenant un dictionnaire professionnel.

– Fuir un maître distrait ou négligent. Un artisan minutieux manipule les matériaux avant de vouloir les changer et mesure des pièces ou des meubles. Selon son habileté, il ouvre les portes et les fenêtres, regarde sous l’évier, détermine le type de matériau. Il connaît les normes de sécurité. En cas de doute, posez-vous une question technique dont vous connaissez la réponse.

– Demandez-lui de vous raconter son expérience. Vous pouvez lui demander de voir des photos de ses chantiers précédents : de nombreux artisans enregistrent automatiquement leur travail pour confirmer qu’ils ont changé ou réparé le tuyau, la serrure, le parquet, etc. sans dommage.

ToutTF1 Info

Les plus lusDernière minuteTendance

Publié le 21 juin 2022 à 20h31.